Bienvenue sur le site de l'Association Culturelle et Historique de Faches-Thumesnil.

EN CE TEMPS-LA FACHES-THUMESNIL

STELE UNC AFN

L'Union Nationale des Combattants - section Faches-Thumesnil, faubourg d'Arras, Ronchin - a inauguré la stèle en hommage aux Anciens Combattants d'Afrique du Nord et des Opérations Extérieures le dimanche 2 décembre 2007.

Opérations de pacification, de maintien de l'ordre, ces termes de l'époque furent souvent utilisés, pudiquement et à tort, puisque à chaque fois l'armée française s'engageait dans un vrai conflit.

Au Maroc tout d'abord, où, dès janvier 1944, des troubles fomentés par des groupes nationalistes éclatèrent, troubles qui se transformèrent les années suivantes en émeutes avec en corollaire la répression, les attentats aveugles et la guérilla. Jusqu'au 2 mars 1956 qui vit la fin du Protectorat français. Et des pertes militaires françaises estimées à plus d'un millier de vies.

Au Viet-Nam aussi. Quelques jours après la capitulation des Japonais, en août 1945, le Viêt-minh occupe Hanoï, des civils français sont assassinés. En septembre, émeutes à Saïgon, des français sont torturés puis exécutés, d'autres sont enlevés qui ne seront jamais retrouvés. Début octobre, avec l'arrivée du général Leclerc, la situation est rétablie. Au 1er janvier 1946, 30 000 soldats français sont sur place mais la guérilla va reprendre, se développer et tourner à l'affrontement général entre nos armées et les armées que le viêt-minh a constitué à partir de 1950. Tout cesse avec la chute de Dien Bien Phû le 7 mai 1954.

L'armée française va déplorer en Indochine la perte de 75 200 militaires et 30 984 prisonniers dont 20 707 ne rentreront jamais. Les pertes viêt-minh sont estimées à 500 000 militaires tués ainsi que 800 000 à deux millions de civils tués.

En Algérie, enfin. Dès le 8 mai 1945 à Sétif, 10 000 manifestants réclament l'indépendance. Des affrontements éclatent et, en petite Kabylie, une centaine de colons sont massacrés. La répression qui s'abat va calmer les esprits jusqu'au 31 octobre 1954 où de nombreux attentats ont lieu, cette date est depuis considérée comme celle du début de cette guerre. 100 000 soldats sont présents en mai 1955, c'est le début du mouvement des rappels en France et en septembre 1956, ils seront 600 000 hommes en place. Le 19 mars 1962 à 12h eut lieu le cessez le feu.

Depuis novembre 1954, deux millions de soldats français auront séjourné en Algérie. 24 614 y ont été tués, 64 825 blessés. Côté civil près de 2788 européens tués et 875 disparus, 16 378 musulmans tués et 13 296 disparus. Il faut noter qu'après le 19 mars, 2 273 européens seront portés disparus dont 50% officiellement décédés. A noter aussi, après mars 1962, la disparition de plusieurs milliers de nos supplétifs, les harkis: 10 000 à 150 000 selon les sources.

De leur côté, le FLN et l'ALN, qui disposeront d'environ 335 000 hommes accuseront la perte de 158 000 d'entre eux.