Bienvenue sur le site de l'Association Culturelle et Historique de Faches-Thumesnil.

EN CE TEMPS-LA
FACHES-THUMESNIL

Ephéméride

Quelques événements du 28 JANVIER

28 janvier 814
Mort de Charlemagne, dont le règne fut un enchaînement de victoires et de conquêtes. Il eut pour ennemi tous les peuples qui l'environnaient ; il fit face à tous, et les obligea tous à subir ses lois. Attaqué en même temps à des distances très éloignées, on le voyait passer avec une rapidité surprenante des Pyrénées au fond de la Germanie, des extrémités de l'Italie sur les bords de l'océan. Au milieu de ses expéditions militaires, il réglait ses états comme s'il eût été dans une paix profonde. Les jurisconsultes et les politiques admirent encore aujourd'hui la sagesse qui règne dans ses capitulaires.
La religion et les lettres lui ont aussi les plus grandes obligations. Il assembla de fréquents et nombreux conciles pour l'extirpation des erreurs, la réformation des moeurs, et le rétablissement de la discipline ; il établit des écoles publiques en différents endroits, et pour donner l'exemple, il ouvrit une académie dans son propre palais, à la tête de laquelle il se mit, ayant pour assesseurs Alcuin, Pierre de Pise, et d'autres savants hommes. Charlemagne n'était point déplacé dans cette académie, parlant le latin comme sa langue naturelle, et entendant les autres langues de l'Europe.

28 janvier 1380
Drouet de Dammartin effectue une expertise de la rose du transept et de la maçonnerie de la cathédrale de Troyes, révèlant ses qualités professionnelles. Le 10 février 1383, Philippe le Hardi le nommera maître général des oeuvres de maçonnerie de tout le pays de Bourgogne. Il dirigera la construction de la puissante forteresse de l'Écluse, en Flandre. En 1387, il travaillera avec son collaborateur Jacques de Neuilly au portail de la Sainte-Chapelle de Dijon.

28 janvier 1393
Lors d'un bal à la cour, Charles VI le Fol met accidentellement le feu à certains déguisements qui flambent comme des torches. L'état mental du roi ne fera que s'aggraver par la suite.

28 janvier 1436
Mise en service en France d'une nouvelle monnaie faite d'or fin nommée l'écu neuf.

28 janvier 1596
Mort de Francis Drake, célèbre vice-amiral de la reine Elisabeth, l'un des plus grands hommes de la mer de son temps. Il est le premier anglais qui ait fait le tour du monde. Il partit pour cette course en 1577, et l'acheva en 1056 jours. Il fut le fléau des Espagnols dans les guerres opposant Elisabeth à Philippe II. Il leur enleva plusieurs places importantes, dans les îles Canaries et du Cap-Vert notamment. Il mourut en mer et la mer fut son tombeau, comme elle avait été le théâtre de ses exploits.

28 janvier 1621
Mort du pape Paul V. Camille Borghèse, Paul V, romain de naissance, succéda au pape Louis XI. L'événement le plus remarquable de son potificat, fut son démêlé avec la république de Venise. Ce différend, l'un des points les plus importants de l'histoire du seizième siècle, fut terminé amiablement par la médiation de Henri IV, et les soins du cardinal de Joyeuse, le 21 avril 1607.
Paul V fut un des papes qui contribuèrent le plus à l'embellissement de Rome. Il rassembla dans la Vatican les plus beaux ouvrages de peinture et de sculpture ; il rétablit une magnifique fontaine qu'Auguste avait édifiée, y fit amener l'eau par un aqueduc et lui donna le nom d'Acqua Paola ; il construisit de nouvelles fontaines, qui sont encore aujourd'hui les plus belles de Rome.
Pendant son pontificat, il ne manqua pas un seul jour de dire la messe. Il eut pour successeur Grégoire XV.

28 janvier 1725
Mort de Pierre Ier le Grand. Né en 1672, il fut mis sur le trône après la mort de son frère aîné Fedor, au préjudice d'Ivan, son autre frère, dont la santé était aussi faible que l'esprit. Il fut le réformateur, ou plutôt le créateur de sa nation. Avant lui, la Russie n'était rien : elle deviendra un des empires les plus puissants d'Europe et de l'Asie ; ce pays lui doit tout : lois, police, discipline militaire, marine, commerce, sciences, beaux-arts, il a tout entrepris, et ce qu'il n'a pas achevé, s'est perfectionné selon ses vues. Le tsar était sujet à la colère et se livrait trop aisément aux excès du vin. Ce fut dans un transport de colère, né de ces excès, qu'il tira l'épée contre son favori le Fort, ce génevois, premier auteur des réformes de la Russie qui donna au tsar les premières idées sur le commerce, la navigation, les manufactures, les arts, les sciences de l'Europe, la politique de ses princes, la police de ses villes, la discipline de ses armées.
Dans une contestation qu'il eut un jour avec Catherine, son épouse, il cassa une glace de Venise, et dit à sa femme, par une allusion cruelle à sa première fortune : « Tu vois qu'il ne faut qu'un coup de ma main pour faire rentrer cette glace dans la poussière dont elle est sortie. » La menace ne pouvait être plus précise. Catherine levant vers lui ses yeux mouillés de larmes : « Eh bien ! lui dit-elle, vous avez cassé ce qui faisait l'ornement de votre palais. Trouvez-vous qu'il en soit devenu plus beau ? » Ces paroles l'appaisèrent. La querelle était venue de ce que Catherine avait demandé avec trop d'insistance la grâce de sa dame d'atours, condamné à recevoir onze coups de knout ; le tsar voulut bien accorder qu'elle n'en recevrait que cinq.
Un jour un boyar, avec lequel il traversait une rivière, l'ayant osé contredire dans la conversation, Pierre le saisit par le corps pour le jeter dans l'eau : « Tu peux me noyer, s'écria le boyar, mais ton histoire le dira. » Le tsar, frappé de ce mot, l'embrasse et lui rend son amitié.

28 janvier 1794
Le chevalier Henri du Vergier de la Rochejaquelein n'a que 21 ans quand il trouve la mort dans le bocage Vendéen, mais il est déjà célèbre et a connu bien des guerres dans sa jeune existence aventureuse. Il a été chef d'armée dans la guerre des Chouans et des Vendéens contre la République Française.

28 janvier 1842
Mort de Cambronne. A-t-il prononcé son fameux « mot » ? Il n'en a en tout cas jamais protesté contre tous les journaux, dictionnaires ou biographies qui le glorifiaient de l'avoir lancé à la face de l'ennemi au soir de Waterloo. Mais il n'a jamais non plus laissé dire en sa présence qu'il l'eût envoyé, telle une gifle, aux Anglo-Prussiens.
Sans pouvoir préciser de quels termes il s'était servi, Cambronne a souvent reconnu qu'il avait « envoyé promener les Anglais, par quele expression bien appropriée à la circonstance ! » On possède par ailleurs des lettres de Cambronne qui prouvent qu'il ne mâchait guère ses mots... et ceci laisserait croire à l'authenticité de la légende.
Le général Bachelu, un de ses vieux amis, qui commandait lui aussi une division à Waterloo, raconte qu'il interrogea un jour Cambronne, quinze ans après la bataille, sur ce qu'il avait dit exactement. Il eut comme réponse :
- Comment ? Toi aussi ! Ah non, en voilà assez, ça devient emm...
Et le général ajoutait en riant :
- Ce mot était si naturel en pareil cas ce jour-là, Cambronne dut le dire cinq ou six fois... comme moi d'ailleurs.

28 janvier 1871
Armistice entre la France et la Prusse suite à la capitulation de Paris.

28 janvier 1889
Début de la construction de la Tour Eiffel. Cette construction suscita de bien nombreuses réactions chez les Parisiens : les artistes lui reprochaient d'enlaidir Paris et n'appelaient la Tour que Pyramide insensée (François Coppée, Chandelier creux (Huysmans), Quincaillerie superbe, lampadaire tragique (Léon Bloy), Squelette disgracieux et géant (Maupassant). Ils avaient tous signé ce manifeste : « Nous venons protester de toutes nos forces, de toute notre indignation, au nom du goût français méconnu... contre l'érection,en plein coeur de notre capitale, de l'inutile et monstrueuse Tour Eiffel, que la malinité publique, souvent empreinte de bon sens, a déjà baptisée du nom de Tour de Babel ».