Bienvenue sur le site de l'Association Culturelle et Historique de Faches-Thumesnil.

EN CE TEMPS-LA FACHES-THUMESNIL

Ephéméride

Quelques événements du 28 OCTOBRE

28 octobre 312
Grâce à la croix et au monogramme du Christ qu'il aurait aperçus dans le ciel et qu'il fit broder sur son étendard - le labarum - Constantin est vainqueur de Maxence au Pont Milvius.

28 octobre 1492
Au cours de son premier voyage vers le Nouveau-Monde, Christophe Colomb découvre Cuba.

28 octobre 1628
Prise de La Rochelle par le cardinal de Richelieu contre les protestants.

28 octobre 1690
La Savoie s'unit à la Grande Alliance contre la France.

28 octobre 1748
Signature du traité d'Aix-la-Chapelle, reconnaissant les droits de Marie-Thérèse d'Autriche et ceux de François de Lorraine sont reconnus. Le roi Louis XV accepte de rendre les Pays-Bas aux Autrichiens.

28 octobre 1759
Naissance à Arcis-sur-Aube de Georges-Jacques Danton.

28 octobre 1788
Mort de Musoeus, écrivain allemand, auteur de romans et de contes remarquables par la grâce, la gaieté et le naturel.

28 octobre 1797
Signature du traité de Campoformio, qui dessine la nouvelle carte politique de l'Italie. Le royaume de Piémont devient une République, celui de Sardaigne est amputé de Nice et de la Savoie, Gênes devient la capitale d'une République ligurienne, la Lombardie autrichienne passe sous contrôle français.

28 octobre 1886
Inauguration de la Statue de la Liberté. Lors des émeutes de 1848, Bartholdi fut le témoin d'un incident qui fut le point de départ de son inspiration. Devant une barricade, des émeutiers s'étaient arrêtés, trop découragés pour donner l'assaut. C'est alors qu'une jeune fille apparut une torche à la main. Elle sauta sur la barricade au milieu des balles qui sifflaient, entraînant derrière elle tous les émeutiers. Bartholdi avait devant lui la statue à laquelle il rêvait , mais ne commença à la réaliser qu'en 1874, faisant d'abord une effigie de trois mètres de haut qu'il agrandit par la suite quatre fois, jusqu'à atteindre dix mètres. En 1875, se constitua un comité en vue de la construction de la statue qui serait placée à Bedloe-Island, un îlot de la rade de New York. La liberté semblerait ainsi accueillir le visiteur et éclairer le port. Ce monument serait exécuté avec des plaques de cuivre repoussé martelées et rivées sur une armure de fer intérieure, dont l'exécution serait confiée à Eiffel. On ouvrit également une souscription nationale par voie de presse. Le peuple français devait offrir la statue, l'exécution du piedestal revenant aux Américains.
Enfin terminée, la statue atteignait quarante-huit mètres de hauteur. Avant son transport en Amérique, la statue fut démontée. Elle fut ainsi expédiée en 210 caisses à bord du navire L'Isère. Le premier rivet fut posé le 12 juillet 1886 et le dernier le 28 octobre en présence du président Cleveland. Il y avait beaucoup de brouillard et il tombait une pluie fine et froide. La journée commença par une parade civile et militaire. Lesseps prit la parole et proclama la statue « la huitième merveille du Monde. » Puis ce fut au tour du sénateur Evarts de prononcer un discours, mais il n'eut pas beaucoup de chance : une des phrases de son allocution ayant été applaudie, Bartholdi crut y voir la fin du discours et il tira la corde qui devait dévoiler la statue. Quand le visage de la « Liberté » apparut, toutes les sirènes du port se mirent à mugir, un vaisseau tira une bordée et l'orchestre se mit à jouer les hymnes nationaux. Ce n'est qu'après tout ce tintamarre que le pauvre Evarts put achever son discours.