Bienvenue sur le site de l'Association Culturelle et Historique de Faches-Thumesnil.

EN CE TEMPS-LA FACHES-THUMESNIL

Ephéméride

Quelques événements du 8 AOÛT

8 août 1548
Nouvel édit par lequel Henri II décide que désormais l'effigie du roi de France figurerait sur toutes les monnaies. Auparavant, une croix ornait de nombreuses pièces de monnaie, mais on estima avec raison que c'était là un motif trop facile à imiter par les faux-monnayeurs. A Rome, la fabrication de la monnaie était déjà un monopole d'Etat et l'usurpation en était punie très sévèrement : on risquait tout simplement d'être exposé aux bêtes ou grillé sur un feu. Il semble que le faux-monnayage ait été combattu aussi durement par tous les peuples. Dans les lois germaniques, ce qui était considéré comme un véritable crime était puni de l'amputation de la main droite. Dans une loi saxonne, on précise en outre que la main coupée devra être clouée sur la porte de l'Hôtel des Monnaies. En France, au cours du Moyen Age, un orfèvre de Tours, Louis Secrétain, convaincu d'avoir falsifié de la monnaie, fut condamné à être bouilli, puis pendu. Le jour du supplice, on l'amena sur une place de la ville où avaient été installés un brasier et une chaudière remplie d'eau bouillante. On ligota le prisonnier, puis le bourreau le jeta dans la chaudière. Mais sans doute l'eau ne bouillait-elle pas encore tout à fait car, en se débattant et en gigotant, le supplicié parvint à se dégager de ses liens. Le malheureux, aux yeux de l'assistance épouvantée, réapparut à la surface de l'eau, leva les bras au ciel et supplica la foule en criant « Miséricorde ! » Le bourreau prit alors une fourche et assena au condamné plusieurs coups sur la tête pour le forcer à replonger dans la cuve ; mais deux secondes plus tard l'orfèvre ressortait encore et le bourreau reprit son affreux manège. La foule entra alors en fureur et tourna sa colère contre le bourreau et l'assomma. Secrétain fut délivré, le roi lui accorda sa grâce, mais lorsqu'on le retira de sa cuve, il était déjà à moitié cuit.

8 août 1786
Première ascension du Mont Blanc par Jean Balmat. Depuis des années, il était hanté par le Mont Blanc. Chacun de ses tentatives l'avait conduit plus près du sommet, mais, chaque fois, il avait dû renoncer à son rêve. Enfin, ce 8 août, emmenant avec lui un compagnon afin d'avoir un témoin, il progresse très rapidement, en dépit d'un vent violent. Les conditions sont très difficiles, son camarade l'abandonne. Balmat continue à grimper tête baissée. Soudain, il parvient à une arête qu'il ne connaît pas. Il a d'ailleurs lui-même raconté cet instant émouvant. Il fut acclamé surtout par les habitants de Chamonix. Au XVIIIe siècle, on n'aimait guère la montagne, du moins s'il faut en croire Voltaire qui, installé à Ferney, écivait à un ami pour lui dire à quel point le pays était délicieux « à condition, ajoutait-il, de ne point se tourner vers les montagnes de glace... »

8 août 1817
Dumont de Nemours, homme politique et écrivain, meurt en Amérique. Voici quelques pensées extraites de ses écrits :
« La paresse n'est pas un vice ; c'est une rouille qui détruit toutes les vertus. »
« Contre la justice et la raison, l'esprit n'a que des armes de verre. »
« Une loi universelle de la nature veut que tout attachement durable perfectionne le coeur qui l'éprouve. »

8 août 1827
Mort de George Canning, ministre anglais. Il avait pris pour devise : « Liberté civile et religieuse pour tous les peuples. » Dès le commencement de sa vie politique, il s'était déclaré partisan de l'abolition de la traite des noirs, et de l'émancipation de l'Irlande.