L'éphéméride
Quelques événements du 24 NOVEMBRE
24 novembre 1095
Le pape Urbain II prêche la première croisade. Elle a pour but de déloger les Turcs qui avaient envahi toute l'Asie occidentale. Il faudra quatre ans aux chevaliers pour atteindre Jérusalem le 15 juillet 1099, un vendredi à 15 heures, symbole du jour et de l'heure de la mort du Christ. Les Croisés donneront l'assaut et pénètreront dans Jérusalem.

24 novembre 1250
Mort de Mathieu II de Montmorency, connétable de France. Il fut le plus illustre des Montmorency des XIIIe et XIVe siècles. Ce fut lui qui éleva la dignité de connétable au-dessus de tous les offices militaires, et qui en fit la première dignité de l'Etat. Son histoire est liée avec celle de Philippe-Auguste, de Louis VIII et de saint Louis. L'origine de la maison des Montmorency se perd dans la nuit des temps. On a toujours cru que les Montmorency descendaient du premier des Francs qui embrassa le christianisme. Le nom de Montmorency vient de ce que Gui-le-Blond, l'un des chefs de cette maison, et compagnon d'armes de Charles Martel, tua dans une bataille un roi maure, et le voyant tomber, s'écria : « Voilà mon maure occis ». En témoignage de ce succès, il fit bâtir un château qu'il appela Mon-maure-occis, d'où il est venu par corruption le nom de Montmorency.
Un trait de Mathieu II, peut-être plus intéressant que ses victoires, c'est que, moyennant une légère redevance, il affranchit tous ses vassaux des corvées, des tailles, et des impositions que les barons étaient alors en possession d'exiger : bienfait immense, car plus de six cents fiefs dépendaient de la seule baronie de Montmorency. Ce connétable était grand-oncle, oncle, beau-frère, neveu, petit-fils de deux empereurs, de six rois, et allié de tous les souverains de l'Europe ; il prenait comme ses ancêtres la qualité de sire de Montmorency, par la grâce de Dieu. La plupart des têtes couronnées de l'Europe descendent de ce grand homme par le mariage de Jeanne de Laval, une de ses petites-filles, avec Louis de Bourbon, trisaïeul de Henri IV.

24 novembre 1642
Le navigateur hollandais Abel Tasman découvre une île au large de l'Australie, qui sera baptisée Tasmanie en 1853.

24 novembre 1643
Mort du maréchal Jean-Baptiste de Guébriant. Né au château du Plessis de Budes, en Bretagne, en 1602, un des plus grands hommes de guerre de son temps, soutenait et étendait la gloire des armes françaises en Allemagne, lorsqu'il fut mortellement blessé au siège de Rotweil, petite ville de Souabe. Tandis qu'on le portait de la tranchée dans sa tente, il dit aux soldats : « Compagnons, ma blessure est peu de chose ; mais j'appréhende qu'elle ne m'empêche de me trouver à l'assaut que vous allez livrer. Je ne doute pas que vous ne fassiez vaillamment comme je vous ai toujours vu faire. Je me ferai rendre compte de ceux qui se seront distingués, et je reconnaîtrai les services qu'ils auront rendus à la patrie dans une occasion si brillante. » Son capitaine des gardes, homme naturellement vif, se donnait des mouvements extraordinaires pour trouver un chirurgien ; Guébriant l'appelle et lui dit avec un sang-froid admirable : « Allez plus doucement, Gauville ; il ne faut jamais effrayer le soldat. » Les assiégés ne voulant pas s'exposer à être emportés de vive force, prirent le parti de se rendre. Ce héros, près d'expirer, se fit porter dans la place, et y mourut tranquillement au milieu des soins qu'il se donnait pour la conservation de sa conquête. Le roi le fit enterrer avec pompe à Notre-Dame.

24 novembre 1683
Oraison funèbre de Marie-Thérèse, femme de Louis XIV, prononcée par Fléchier, dans l'église du Val-de-Grâce.

24 novembre 1793
Publication du calendrier républicain, calendrier imposé de force. Toute utilisation du calendrier grégorien est alors passible de la peine de mort. Les cinq jours qui ne sont pas comptés dans les dix mois et qui complètent une année, ne pouvant que s'accorder aux cycles solaires, sont consacrés à des fêtes patriotiques. Ce calendrier sera abrogé le 1er janvier 1806.