Bienvenue sur le site de l'Association Culturelle et Historique de Faches-Thumesnil.

EN CE TEMPS-LA FACHES-THUMESNIL

LES REFUGIES ET RAPATRIES DE FACHES-THUMESNIL.

Les rapatriés et réfugiés de Faches-Thumesnil.

On vient de le voir, les rapatriés lillois sont environ 30.000.

Toutes les communes de la région ont eu, elles-aussi, les leurs.

Combien à Faches-Thumesnil ?

L’étude des renseignements parus dans le Bulletin des réfugiés du Nord entre le 8 mars 1915 et le 6 avril 1918 donnent pour notre commune un total de 156 noms dont au moins 59 enfants [note] . Encore faut-il rappeler les termes repris en introduction de cet article et les différences entre réfugiés et disparus : plus d’une trentaine d’hommes, dont l’âge n’est pas indiqué, figurent dans les colonnes du bulletin. Impossibilité donc de définir s’il s’agit de réfugiés de l’été 1914 ou d’hommes plus âgés rapatriés par les Allemands à partir du printemps 1915.

Cent cinquante six noms.

Que voici.

Dans le bulletin des réfugiés du Nord n°221 du 16 décembre 1916, il est annoncé l’arrivée à Annemasse le jeudi 14 décembre 1916 au matin, de 503 rapatriés en provenance de Roubaix, Cysoing, Faches-Thumesnil, Ronchin et Wattignies. Chaque convoi de rapatriés arrivant en Suisse était fort d’environ cinq cents personnes.

Aucun nom n’est cité, on sait juste que ces réfugiés sont en transit avant d’être dirigés sur Clermont-Ferrand. Mais dans le bulletin du 30 décembre [note] , on apprend que les personnes suivantes, de Faches-Thumesnil, vont se fixer à Clermont-Ferrand :

  • Daguerre Sidonie née Dupont, 47 ans, et Paul, 10 ans.
  • Nonnon Eugénie née Wattrelos, 41 ans.
  • Philips Hermance née Damette, 34 ans.

Et dans le bulletin du 6 janvier 1917 [note] il est noté que Madame Héras Léonie, née Desain, âgée de trente sept ans, de Faches-Thumesnil aussi, va se fixer sur Clermont-Ferrand, après passage à Annemasse, avec ses enfants : Madeleine quinze ans, Marthe douze, Julia onze, Léonie sept et Hélène deux.

Ces personnes seront les seules à rallier Clermont-Ferrand, via Annemasse, et devaient donc faire partir du convoi des 503 rapatriés.


La Suisse hospitalière
1915. Evacués français à Genève avant leur départ pour Annemasse.