Bienvenue sur le site de l'Association Culturelle et Historique de Faches-Thumesnil.

EN CE TEMPS-LA FACHES-THUMESNIL

LES REFUGIES ET RAPATRIES DE FACHES-THUMESNIL.

LES REFUGIES ET RAPATRIES

Quelle est la différence entre les réfugiés et les rapatriés ? Les réfugiés, souvent appelés aussi évacués, sont de la première heure. Dès août 1914, au moment de l’invasion allemande, les habitants du Nord ont fui l’avance ennemie. D’autres, et c’est le cas des habitants de Lille et sa région, ont été évacués de force par l’armée française en retraite. Ce sont ces personnes qui seront désignées comme réfugiées. A contrario, les personnes envoyées, à partir de mars 1915 et par l’armée allemande, vers la France non envahie prendront le nom de rapatriés. Ces rapatriés, nous allons le voir, seront majoritairement des femmes, des enfants et des vieillards. Nous avons étudié le Bulletin des Réfugiés du Nord pour la période du 8 mars 1915 au 6 avril 1918, la période couverte est donc bien celle des rapatriements alors que le journal porte dans son titre le mot réfugiés. Dans ces colonnes, outre les renseignements donnés sur les arrivées et les mouvements des rapatriés, les rubriques "Les réfugiés du Nord à Paris" et "Des nouvelles des nôtres" énumèrent plus d’une trentaine d’hommes de la commune sans en indiquer l’âge. Impossible donc de savoir si l’on a affaire à des réfugiés de 1914 ou à des rapatriés plus âgés arrivés en France non envahie à partir du printemps 1915.

Complément à notre article paru dans le bulletin n°90 consacré à la bataille de Faches. Un article écrit par un défenseur anonyme, du 5ème Territorial, de Lille en octobre 1914, communiqué par Alexandre Caulliez à la revue Septentrion qui le publie en février 1929.

Je ne me doutais pas à quel point disait vrai M. X…, à notre départ de Dunkerque et Calais (5ème, 7ème et 28ème Terr.). Vous allez faire de l’histoire, mon ami – courage et confiance ! Que pourrait-on demander de particulièrement héroïque à ces territoriaux d’âge déjà rassis et qu’on croirait peu désignés pour des faits d’armes héroïques ? Leur organisation même ne paraissait pas les désigner spécialement pour une besogne glorieuse et nous étions sceptiques.


Guerre libératrice de 1914 / Épisode de la bataille de la Marne. 6-14 septembre 1914.
Fernand BESNIER
© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot