Bienvenue sur le site de l'Association Culturelle et Historique de Faches-Thumesnil.

EN CE TEMPS-LA FACHES-THUMESNIL

SALLE DE FÊTES, ROTONDE, SALLE JACQUES BREL ….

Le 6 mars 1962, le Conseil municipal donne avis favorable à la construction de la salle de fêtes.

C’est lors de la séance du Conseil municipal du 17 avril 1962 qu’est abordée plus particulièrement la construction de la salle des fêtes de Faches-Thumesnil. Sous la présidence de Monsieur Arthur François, sont présents : MM Bedene, Cremers, Deffrennes, Denneulin, Despature, Dromby, Duburque, François, Godefroidt, Hazebroucq, Martel, Mercier, Moermans, Plancq et Vandenabeele. Sont excusés MM Deshayes, Pecquery et Thieffry. Absents, MM Derache, Mortagne, Schmidt et Van Clemput.

Deux délibérations. La première confirme la décision du 6 mars, en précisant que la dépense est estimée à un million de nouveaux francs, dépense qui sera couverte par voie d’emprunt. La seconde désigne Monsieur Gaston Doisy, 76 rue Sainte-Catherine à Lille, comme architecte. Le contrat entre la ville et l’architecte a d’ailleurs été signé ce 17 avril et la Préfecture du Nord avisée réglementairement le 25 avril.

Le 11 mai 1963, Monsieur Gaston Doisy, architecte, rédige son "mémoire explicatif de l’homme de l’art." En voici quelques extraits : "Ce centre culturel est destiné à être édifié dans une commune de 12.000 habitants qui ne compte aucune Salle des Fêtes ou de Réunions et dont l’extension actuelle des constructions de logements portera la population à 15.000 habitants. Il a été conçu dans l’esprit du théâtre antique, la forme circulaire de la salle proprement dite permet une vision parfaite à toutes les places, ainsi qu’une acoustique excellente. Cette salle peut recevoir 1092 personnes assises au rez-de-chaussée, et 200 personnes debout dans la galerie. Sa conception permet de réaliser dans son enceinte, un grand nombre d’activités, parmi lesquelles : théâtre, cinéma, bal, congrès, conférences, représentations chorégraphiques, certaines manifestations sportives, concerts etc … La salle et la scène sont réunies sous un même volume ; la scène légèrement surélevée ne comporte ni rideau de scène, ni rampe, seuls deux écrans masquent une partie du fond de la scène, cette disposition permet de n’utiliser que des décors simples ou stylisés dont les changements se font à vue. La galerie circulaire d’étage enrobe l’ensemble scène-salle et sert au public les jours d’affluence ; des tables servant aux consommations à l’occasion de bals ou fêtes populaires, peuvent y être installées … L’ensemble salle-scène, formant une unité que n’interrompt aucun incident architectural, a pu être obtenu par la conception même de l’ouvrage comportant vingt demi-portiques acier supportant la couverture en panneaux Stramit revêtue d’une étanchéité multicouches. Cinq larges portes donnant accès au hall d’entrée sur lequel s’ouvrent quatre autres portes donnant accès directement à la salle. Deux larges escaliers permettent d’accéder à l’étage, d’une part à une salle de réunions et d’autre part à une bibliothèque. Ces deux salles débouchent elles mêmes sur la galerie circulaire. Deux larges escaliers permettent d’accéder à l’étage, d’une part à une salle de réunions et d’autre part à une bibliothèque. Ces deux salles elles mêmes débouchent sur la galerie circulaire. De part et d’autre du hall se trouvent un vestiaire et un bar s’ouvrant pleinement sur la salle. Viennent ensuite les sanitaires dames et messieurs et les dégagements où aboutissent les escaliers de secours de l’étage et sur lesquels débouchent les portes de secours. Les bâtiments annexes se trouvant derrière la salle sont occupés par un logement de concierge comportant séjour, cuisine, salle d’eau et deux chambres. Au sous sol : dépôt et chaufferie. Au rez-de-chaussée : office, relaverie permettant la préparation de repas à l’occasion de certaines fêtes des Sociétés locales. Dépôt à matériel avec une grand-porte sur extérieur permettant l’entrée de décors, petites salles de cours et ateliers. Dans la galerie au-dessus du hall d’entrée est prévue une cabine de projection et salle de rebobinage avec sorties extérieures comme l’exigent les services de sécurité…."

25 septembre 1963. Le Préfet du Nord à la commune : "Par lettre citée en référence, vous avez demandé la suite réservée au projet de construction d’une salle des fêtes dans votre commune et à la demande de subvention s’y rapportant. J’ai l’honneur de vous informer qu’à la date de ce jour, j’adresse à Monsieur le Ministre de l’Intérieur, le dossier destiné à compléter votre demande de subvention, accompagné de l’avis favorable de M. l’architecte des Bâtiments de France sur cette affaire … En ce qui concerne la réalisation du projet, je vous rappelle les termes de ma lettre du 2 avril 1962 par laquelle je vous ai fait connaître qu’il vous appartiendrait de me transmettre le dossier technique d’exécution des travaux, lorsque votre commune serait en mesure de financer le projet …"

10 octobre 1963. Monsieur Arthur François informe le Préfet du Nord que la commune dispose des fonds nécessaires à la construction, soit 50% en caisse et le solde à disposition par l’établissement prêteur.

Le 31 octobre 1963, la Préfecture du Nord adresse au Maire le courrier suivant : "Par lettre citée en référence, vous m’avez fait connaître que votre commune disposait des fonds nécessaires pour financer le projet de construction d’une salle de fêtes à Faches-Thumesnil. En conséquence, rien ne s’oppose à la constitution du dossier technique d’exécution des travaux et à la réalisation du projet avant l’attribution de la subvention de l’Etat."

3 mars 1964, le Conseil municipal approuve le dossier technique d’exécution du projet et sollicite la mise en adjudication des travaux.

Le 6 mars 1964 la préfecture relance la commune. Sa lettre du 21 mai 1963 est toujours sans réponse : quelles sont les mesures de protection envisagées contre les risques d’incendie et de panique dans cet établissement destiné à recevoir du public ?

23 juin 1964, le Préfet du Nord approuve le projet de travaux à effectuer en vue de la construction d’une salle des Fêtes rue Hoche.

L’adjudication se tient le 27 juillet 1964 à 11h en mairie.

Les entreprises retenues sont Louis Prévost, 539 rue Faidherbe à Loos (gros œuvre, charpente, menuiserie, étanchéité, carrelage, peinture et vitrerie), les Anciens Etablissements Baudon et Cie, 115 rue Chalant à Ronchin (charpentes métalliques), Saint Sauveur, 7 rue des Rosati à Arras (serrurerie et menuiserie métallique), Maurice Herbeau, 25 bis boulevard de la Liberté à Lille (plomberie et sanitaires), Labre Père et Fils, 109 rue du Général de Gaulle à La Madeleine (chauffage central) et la SILFE, société d’installation de lumière et de forces électriques, 98 rue du Marché à Lille.