Page précédente - Page suivante

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9

En 1951, le rez-de-chaussée de l’ancienne mairie, rue d’Haubourdin, est aménagé en salle de fêtes communale . L’inscription pompeuse figure d’ailleurs sur la façade. En fait la surface dévolue au public n’est pas bien grande et les lieux serviront de salle de cinéma et pour les enfants des centres de vacances pour lesquels un réfectoire fonctionnera à partir de 1955. C’est en 1954 qu’apparaît la première vraie salle des fêtes de la ville. Elle est construite rue Edouard Vaillant et prendra le nom de Georges Baron en souvenir du président fondateur du comité d’entraide du quartier voisin du Canon d’Or.

Le 25 mars 1961 l’administration municipale arrête le vœu d’un projet de construction d’une salle de fêtes qui serait en même temps salle de sports et bains douches. Une ébauche et un devis pourraient être demandés à un architecte. Le 17 avril 1961 le maire, Arthur François et ses adjoints, messieurs Deshayes, Moermans, Despature et Cremers, se rendent à Seclin : ils vont y visiter l’installation des bains douches et la cantine scolaire.

Le 26 septembre 1961 l’avant projet de M. Gaston Doisy est envoyé au Maire : un établissement de bains douches, une cantine scolaire et une salle des fêtes. Pour les bains douches, dix douches et sept baignoires pour les femmes, autant pour les hommes sur trois cents mètres carrés. Pour le réfectoire, la prévision d’accueil est de 210 rationnaires sur 288 mètres carrés. La salle des fêtes quant à elle comprend six loges et des sanitaires sur 842 mètres carrés. Honoraires fixés à 1.098.726 NF, honoraires d’architecte compris [note].

L’an 1961, le 3 octobre, Monsieur Arthur François, Maire, expose, lors d’une séance du Conseil municipal, que Monsieur Doisy, architecte, a présenté un avant projet pour diverses constructions au sein de la commune : établissement de bains douches (estimation 426.000 NF), réfectoire cantine scolaire (189.000 NF), salle de fêtes (840.000 NF). Les honoraires des architectes se montent à 59.200 NF. Il est précisé que ces constructions seront implantées sur le terrain communal situé entre les rues Hoche et Anatole France, qu’il sera sollicité des subventions qui pourraient atteindre 25% environ, ce qui laisserait à la charge de la commune 1.135.650 NF environ. Le Conseil donne avis favorable à ces réalisations et fait confiance à l’administration municipale pour ce projet et sur les moyens financiers à obtenir, emprunts et subventions.

L’administration communale visite la salle des fêtes de Fretin le 14 janvier 1962. Le 21 elle visite celle de Loos puis, deux jours plus tard, celle de Rosendaël.

Page précédente - Page suivante

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9