Louis XIV assiège et prend Lille en 1667. Il demande de suite à Vauban d’édifier des fortifications qui vont faire de Lille une place forte. Ce volumineux travail commence par l’édification de l’imposante citadelle, à l’ouest, et ensuite par la ceinture des remparts en forme de demi-lune tournée vers le nord naturellement. L’évolution industrielle de notre ville entraînera l’annexion en 1858, par décrets impériaux de Napoléon III, des quartiers sud de Moulins, Esquermes et Wazemmes. Les deux portes qui nous intéressent, Douai et Valenciennes seront construites dans les années suivantes. La ville de Lille est passée d’une superficie de 210 à 720 hectares.

Avant d’être utilisé comme terrain d’aviation, ce grand terre-plein était le champ de manœuvre du 43ème Régiment d’Infanterie.

C’est du livre de Jean Caniot, historien de Lille, sur « les Portes de Lille » que sont extraites les images des Portes de Douai et Valenciennes.


Porte de Valenciennes
Collection : J. Caniot


Les remparts
Collection : J. Caniot

La Porte de Valenciennes, à l’est, a été construite en 1860 et le démantèlement de tout ce secteur commence en fin 1932 pour se terminer en 1935. Sous cette porte passaient deux lignes de tramways le « T » et le « V ».

Ci-dessus la Porte de Valenciennes côté intérieur et une photo exceptionnelle montrant le profil des remparts, celui qui posera bien des problèmes aux aviateurs du terrain de Ronchin.

La Porte de Douai est au sud. Elle est inaugurée en 1863 et cette fois c’est le tramway « E » qui passe dessous. C’est par cette porte que les troupes allemandes envahiront Lille le 12 octobre 1914. Démantèlement en 1925.

C’était la porte la plus utilisée pour accéder au terrain d’aviation de Ronchin.


Porte de Douai
Collection : J. Caniot