Bienvenue sur le site de l'Association Culturelle et Historique de Faches-Thumesnil.

EN CE TEMPS-LA FACHES-THUMESNIL

Des chansonniers CH’TIS à Faches-Thumesnil ?

Pour information, indiquons que la Bibliothèque municipale de Lille a tenu du 28 mai au 1er octobre 1988 une exposition « Canter ché vivre » sur ce mouvement apparemment typiquement local. Dans ses réserves se trouvent alors près de trois mille chansons sur la vie de Lille de 1850 à 1900 rédigées en patois de Lille.

C’est grâce à cette exposition que nous avons pu prendre connaissance de quelques chansons composées à Faches-Thumesnil parmi les vingt et une villes ou villages recensés à cette date. Nous remercions vivement la conservatrice chargée de l’exposition de nous avoir remis celles concernant notre commune.

Elles étaient au nombre de sept. Une huitième a été trouvée par la suite. Nous allons essayer d’en analyser les caractéristiques faches-thumesniloises.

Examinons les sociétés au sein desquelles elles ont été produites, au nom parfois évocateur dont malheureusement nous ne connaissons pas l’origine :

  • LES BOS A L’OEULL
  • LES CŒURS JOYEUX
  • LES REVENGEURS
  • LES GAIS- LURONS
  • LES SANS TOUBAC
  • LES BONS CHOHONS,

Nous retrouvons deux fois le nom « des Sans Toubac » : dans l’agglomération de Faches, à l’estaminet « Sainte Marguerite » et dans celle de Thumesnil à l’estaminet des Japonais( ?) à la Jappe. S’agit-il de la même société ayant changé de siège ou de deux sociétés différentes ayant pris le même nom ?

Examinons les lieux où elles siégeaient:

  • L’estaminet « Sainte Marguerite » au début de la rue Kléber a été démoli après la Grande Guerre. Il était tenu par Liagre-Letuck.,
  • L’estaminet Vandenbulck-Facon, au 61 rue d’Arras,
  • L’estaminet du Ramponneau, rue Kléber, un peu plus loin que celui de Sainte Marguerite, tenu par Desaint, aujourd’hui démoli. Il était situé approximativement au niveau de l’ex-ferme Plancq et aux Arcades.
  • L’estaminet des Japonais à la Jappe, tenu par Liagre Henri,
  • L’estaminet chez la veuve Liagre. S’agit-il du précédent dont le tenancier était décédé ? Remarquons que le nom de Liagre est très répandu dans la commune.