Cliquer pour agrandir...C'est en 1886 que s'ouvre l'école de Faches sous la direction de Monsieur Hue. Neuf ans plus tard, des anciens élèves décident avec leurs parents d'aider à propager dans les familles le goût de la lecture et de l'étude et, pour se conformer à la loi sur les associations alors en vigueur, les statuts de l'Association Amicale des Anciens Elèves de l'Ecole de Faches furent déposés en Préfecture le 23 février 1896. Ces statuts visent le regroupement des anciens élèves afin de resserrer les liens d'affection qui ont pris naissance sur les bancs de l'école laïque et publique, le développement de l'instruction en récompensant les élèves les plus méritants mais aussi les plus assidus, l'achat de livres moraux et instructifs mis à la disposition des membres, la recherche d'emplois à ceux qui pourraient en manquer. Malgré deux guerres qui mirent en veilleuse ses activités, l'association devenue Amicale Emile Zola continue ses activités : outre les soupers familiaux réguliers, distribution de coquilles à Noël aux écoliers de Faches, fête carnavalesque enfantine en février, bal apéritif à Pâques. En juin, dernier mois de l'année scolaire, les lauréats du certificat d'études primaires se voient offrir un voyage avec repas, une fête des écoles a lieu et le mois se termine avec une distribution des prix aux meilleurs élèves des différents cours. Des concerts, des fêtes, des jeux et tombolas fleurissent pour distraire la population. Mais le contre-coup des journées révolutionnaires de mai 1968 allait, en modifiant les rapports entre les générations, entre l'école et le monde extérieur, avoir des conséquences sur le plan national et, à plus ou moins longue échéance, sur la vie d'associations comme les amicales. En 1957, lors d'un congrès amicaliste, un fronton portait déjà la mention "S'adapter ou disparaître". Au début de l'année 1970, l'amicale est forte de 300 membres. Mais l'augmentation des crédits alloués aux écoles par les municipalités, dès 1976, sonne le glas du rôle bienfaisant de l'amicale. Les parents, par le biais des conseils d'écoles, ont d'autres contacts avec le milieu enseignant. Au début des années 80 l'amicale était encore vaillante mais la société change et les animations proposées ne purent lutter contre la télévision. Le centenaire de l'amicale vit plusieurs animations réparties sur l'année 1985. Au tout début des années 90 le nombre des amicalistes a radicalement baissé. "S'adapter ou disparaître". A la fin des années 90, l'amicale, doyenne des associations de la ville[note], cesse d'exister.

Au printemps 1969 avait été constituée une section post-scolaire d'aéromodélisme dirigée par M Gaston Lenne, instituteur [note]. Cette section est le CLAP, Centre Laïque d'Aviation Populaire, qui crée en juillet 1985 une branche histoire appelée SCALP, Sciences Culture Animation et Loisirs Populaires qui va chercher à évoluer en créant, sans succès au départ, diverses autres activités. En octobre 1985 SCALP et CLAP s'éloignent de l'amicale Zola et s'installent au 72 rue d'Haubourdin. En février 1991 le SCALP, suite à plusieurs menaces anonymes, devient l'Association Culturelle et Historique [note]. Le 15 juin 1999 le CLAP est rebaptisé Faches-Thumesnil Modélisme. En avril 2005, les deux associations aménageaient rue Gustave Delory. Elles entretiennent toujours d'excellentes relations entre elles. Réminiscences de l'esprit amicaliste ? Ou tout simplement sagesse des années, car depuis 1896, vous pensez … [note]

Didier Lherbier