Cliquer pour agrandir...

Voilà vingt cinq ans, rue d’Haubourdin à Faches-Thumesnil, au coin des rues Carnot et d’Haubourdin se dressait, contre le mur des dépendances d’une ferme (aujourd’hui transformée en appartements, un échafaudage vis-à-vis duquel beaucoup d’habitants d’alors se posaient des questions. Le mur-pignon allait-il être rejointoyé ? Non. Alors pourquoi avait-il été dressé ? C’est le sujet explicatif de ce présent article.

Consultons le livret « Faches-Thumesnil et ses cartes postales du XXème siècle. A la page 22 sont deux vues du carrefour des « Quatre chemins ». Nous pouvons déterminer le coin où se trouvait un estaminet et, indiqué par le commentaire, la « cour du COLYSEE ».

Cliquer pour agrandir...Cliquer pour agrandir...

Les petites maisons de celle-ci s’appuyaient sur les murs des dépendances de la ferme se trouvant rue Carnot. Erigée au XIXème siècle, comme beaucoup d’autres à Thumesnil, mais peu à Faches et plus de deux cents à Lille. elles ont été bâties par des propriétaires de terrains avides de revenus au moindre coût. Ils profitaient de l’afflux de population consécutif au développement de l’industrialisation.

Un habitant nous a communiqué une photographie de cette cour prise en 1910. Chacune de ses habitations comportait une pièce au rez-de-chaussée et une ou deux pièces au premier étage. Le puits commun se trouvait dans la cour proprement dite. En 1973 cette courée est déclarée insalubre à 100 %. (bulletin municipal « La Gazette » de juin de la même année). Aussi la démolition fut-elle programmée pour laisser la place au parking que nous connaissons aujourd’hui. C’est sur le pignon des bâtiments restants de la ferme que va être peinte une frise

Cliquer pour agrandir...