Bienvenue sur le site de l'Association Culturelle et Historique de Faches-Thumesnil.

EN CE TEMPS-LA FACHES-THUMESNIL

JEAN-BAPTISTE DELECROIX

Repos de courte durée car le 17 juin 1916 les hommes sont à nouveau en batterie au bois de Gernicourt dans l'Aisne, position qui va demeurer inchangée jusqu'au 4 janvier 1917, il n' y a qu'un tué à déplorer pendant toute cette période. C'est ensuite la réserve puis la route : ferme Naurouais, "une petite station hivernale à la ferme Naurouais, oh comme nous y avons eu froid !" Aougny dans la Marne et St Aignan dans l'Aisne. Du 10 au 26 février repos à Essises, Aisne. A nouveau le front où, du 5 mars au 1er avril, les canons sont en batterie au bois Poupeux, sud de Gernicourt dans l'Aisne.

Le 1er avril le 46ème RA devient le 268ème régiment d'artillerie et sa 29ème batterie la 47ème.

Dès le 2 les pièces sont placées à l'ouest de Gernicourt avec échelon entre la côte 180 et Bouffignereux. Du 14 avril au 13 mai la batterie est sur les bords de la Miette, ouest de la ferme du Choléra, en position avancée. Elle participe à la prise du bois des Buttes, du bois des Boches et du bois du Choléra, perdant un tué et treize blessés avant d'être placée en réserve au camp de Bouvancourt du 13 au 29 mai.

Du 29 mai au 14 juin la batterie est notée comme étant "en route" : Lagery (Marne), Fresnes, Tréloup où le général Monroë lui décore les fanions, Varennes, Chézy (Aisne), Verdon, Chaltrait, Villeseneux (Marne) et Poivres (Aube). Jusqu'au 5 juillet elle est au repos à Jasseimes. Puis elle reprend la route vers Verdun où une grande offensive se prépare : Courdemanges et Maurupt (Marne) Mognéville, Courcelles sur Aire, Sénoncourt et camp de la Béholle (Meuse) le 13.

Engagée dans l'offensive de la Meuse du 16 juillet au 18 septembre 1917 la batterie va porter ses pièces sur la route de Bras à Louvemont puis, à partir du 7 août, sur la côte du Poivre. De là elle participe à la reprise de la côte 344 et du bois des Fosses le 15 août. Elle est alors confrontée au gaz, perd sept canons, trois tués et trente six blessés dont certains, intoxiqués par les gaz, refuseront d'être évacués.

Jean Baptiste Delecroix est de ces derniers. Sa fiche matricule nous indique qu'il a été intoxiqué le 18 août par les gaz mais ne mentionne aucune hospitalisation ou évacuation.

Enfin, du 18 au 26 septembre la batterie est "en route" : La Chiffoure, Issoncourt, Belrain, Laneuville au Rupt, Ourches (Meuse), Coussey et Liffol le Grand (Vosges). Du 26 septembre au 7 novembre elle est au repos à Signéville dans la Haute Marne et du 7 novembre au 12 décembre à La Neuveville dans les Vosges. De là elle passe à Allain en Meurthe et Moselle le 13 décembre.

Placée en réserve en Meurthe et Moselle elle va construire des positions à Maxéville du 14 au 21 décembre, à Malleloy du 21 au 29 puis à Ville au Val du 29 décembre au 15 janvier 1918.