Mort pour la France le 26 juillet 1918 à Pierrefonds.

Jour de fête à Thumesnil le 1er août 1887 ! Charles Jules Delecroix, garçon brasseur de 25 ans, épouse Mademoiselle Joséphine Debuchy âgée de 23 ans et demi, journalière.[1] Les jeunes mariés s'installent ruelle de la Jappe. De leur union vont naître quatre enfants.

L'aîné, Charles, naquît le 12 novembre 1888. Il se mariera le 30 janvier 1919 à Thumesnil à Clémence Mouvaux et décédera le 9 janvier 1933 dans la commune.

Le 21 janvier 1891 venait au monde Claire qui devait malheureusement décéder le 10 avril 1893. Une autre fille, portant le même prénom, naquit le 9 juillet 1894. Elle se maria le 16 octobre 1928 à Alger avec Joseph Roche et décédera à Croix le 9 juillet 1977.

Le petit dernier fut un garçon, venu au monde le 26 juin 1897, on l'appela Jean-Baptiste.

Le 2 août 1914 éclatait ce qui allait devenir la première guerre mondiale. En octobre Lille et sa région tombaient sous l'occupation allemande. Jean Baptiste Delecroix vient alors d'avoir dix sept ans et n'est pas mobilisable puisqu'il est prévu pour la classe 1917 au recrutement de Lille. Et comme beaucoup il n'a pas attendu l'arrivée de l'ennemi et a quitté la Cité Gaudin rue Carnot où la famille vit. Dans quelles conditions et quelles ont été ses pérégrinations ? Aucun indice n'a pu être trouvé mais on apprend qu'il est réfugié dans le village de Le Chefresne, canton de Percy, dans la Manche, et qu'il y travaille comme charron.

Inscrit sous le numéro 71 de la liste du canton de Percy, Jean Baptiste Delecroix est incorporé le 7 janvier 1916, il a tout juste dix huit ans et demi. Nous n'avons aucun document photographique mais son signalement militaire a pu être retrouvé : cheveux châtains, yeux bleus, nez rectiligne, taille de 1,64 m. Il est affecté au 46ème régiment d'artillerie, 29ème batterie, sous le matricule 6405 et nommé canonnier servant de deuxième classe le jour même de son incorporation.

Il y a quelques années, M Michel Noppe, adhérent de l'association, nous a fait don d'un petit livre écrit en 1924 et retraçant l'histoire de la batterie où servit Jean Baptiste Delecroix. C'est ce précieux manuscrit qui sert de trame à cette quête.