Rue Anatole France

Avec la croissance de la population, le nombre de cabarets et autres débits de boisson augmente de manière importante jusqu'au début du XXème siècle. En 1745, comme en 1812, 5 cabarets sont attestés. En 1900, ces établissements sont au nombre de 56 et en 1914, à la veille de la Première Guerre mondiale, ils sont 103, pour une population de 6000 habitants. Ensuite leur nombre décroît, et en 1959, seuls 53 débits de boisson sont recensés.

Le café Forestier, qui porte le nom de sa dernière propriétaire, est vraisemblablement une ancienne ferme, datée du XVIIème ou du XVIIIème Sa destruction est envisagée en 1979, mais une association lutte pour qu’il soit conservé. Abritant dans un premier temps une maison de quartier, l’ancien café accueillit en 1984 un restaurant associatif.