Bienvenue sur le site de l'Association Culturelle et Historique de Faches-Thumesnil.

EN CE TEMPS-LA FACHES-THUMESNIL

Association Culturelle et Historique de Faches-Thumesnil

cliquer pour agrandir
Voix du Nord du 16 Janvier 2007

Mise au point de Didier Lherbier :
Je suis intervenu en tant que Président de l'association culturelle et historique qui avait participé au projet de la galerie commémorative des maires de la ville. La fin de mon intervention, après l'évocation des maires jusqu'en 1977, a été la suivante :

" Après Monsieur Plancq, en 1977, nous entrons dans la période contemporaine qu'il est prématurée de développer. Jean Claude Gosselin a poursuivi l'équipement de la ville en la dotant, notamment de crèches, d'une Médiathèque et de plusieurs salles de sports que nous payons encore aujourd'hui. Depuis 2001, Nicolas Lebas lui a succédé à la tête d'une autre équipe. Il a entamé une nouvelle étape de transformation et de développement de notre ville que nous observons tous les jours. Chacun peut porter sur l'un et sur l'autre un sentiment personnel mais je vous invite prudemment à attendre le recul de l'Histoire pour juger de leurs actions."

La mention "que nous payons encore aujourd'hui" a , semble t'il, échauffé les oreilles de certains. Je souhaitais simplement faire remarquer qu'une Médiathèque, ou encore des crèches, nécessitent des emprunts qui ne se soldent pas en quinze ou vingt années, comme pour la plupart des biens immobiliers.

La Voix du Nord, dans son article paru le mardi 16 janvier, et en inversant les paragraphes, écrit :
" Didier Lherbier a invité chacun à la prudence et à demander de laisser à l'histoire le temps de donner le recul pour juger le bilan de l'un et de l'autre. Mais il n'a pas pu s'empêcher, concernant les diverses réalisations dont M. Gosselin a doté Faches-Thumesnil de préciser : "nous les payons encore".

En interprétant mes propos de cette manière et en les plaçant sur un plan que je pourrai qualifier de politique, La Voix du Nord a oublié que je n'intervenais pas en tant qu'élu ou sympathisant d'un parti, d'ailleurs je ne suis pas "carté", mais en tant que Président de l'association culturelle et historique de Faches-Thumesnil, une association dont l'article 3 des statuts précise qu' elle s'interdit toute discussion, manifestation ou activité présentant un caractère politique, syndical ou confessionnel.